Le Fonds africain pour les droits numériques (ADRF) 2020 pour les initiatives de droit numérique

Date limite de candidature: 7 août 2020

Le Fonds africain pour les droits numériques (ADRF) offre des subventions de réponse flexibles et rapides pour sélectionner des initiatives en Afrique pour mettre en œuvre des activités qui font progresser les droits numériques, y compris le plaidoyer, les litiges, la recherche, l’analyse des politiques, la culture numérique et le renforcement des compétences en sécurité numérique.

Le troisième cycle de l’ADRF s’intéresse particulièrement aux propositions de travail liées aux mesures de réponse Covid-19, à la manière dont elles affectent le paysage des droits sur Internet et à la manière de réparer les atteintes aux droits et libertés qui en résultent. Cet effort est essentiel car, même en période de pandémie, les gouvernements doivent respecter les droits et ne pas abuser des pouvoirs d’urgence. De plus, de nombreux acteurs doivent avoir accès à des informations et des recherches crédibles pour éclairer leur propre travail de sensibilisation et demander des comptes aux autorités pendant et après le Covid-19.

Les initiatives non axées sur Covid-19 mais travaillant dans divers domaines thématiques, y compris, mais sans s’y limiter, les suivants sont également les bienvenues:

  • Accès et abordabilité
  • Accès à l’information
  • La cybercriminalité
  • Protection des données et confidentialité
  • Économie numérique
  • Identité numérique (ID)
  • Sécurité numérique
  • Diversité et inclusion
  • eGouvernance
  • Liberté d’expression
  • Discours haineux
  • Innovation pour la participation démocratique, la transparence et la responsabilité (technologie civique et sociale)
  • Désinformation / désinformation
  • Perturbations du réseau
  • Contentieux stratégique
  • Surveillance

Conformément aux objectifs de diversité, d’équité et d’inclusion du CIPESA et de l’ADRF, les propositions axées sur les populations marginalisées / vulnérables, y compris les femmes, les minorités sexuelles, les personnes handicapées et les réfugiés, sont vivement encouragées.

Les montants des subventions varient entre 1 000 et 20 000 dollars EU, selon le besoin et la portée de l’intervention proposée. La période de subvention ne dépassera pas 6 mois. Il est prévu qu’environ 10 subventions seront attribuées au cours de ce cycle.

Couverture géographique

Le troisième cycle de l’ADRF est ouvert aux organisations basées et / ou opérationnelles en Afrique et avec des interventions couvrant tous les pays du continent.

Taille des subventions

Le montant de la subvention au troisième tour sera compris entre 1 000 USD et 20 000 USD. Le partage des coûts est fortement encouragé.

Activités éligibles

Les activités éligibles à un financement sont celles qui protègent et font progresser les droits numériques. Ceux-ci peuvent inclure, mais sans s’y limiter, la recherche, le plaidoyer, l’analyse des politiques, les litiges, la littératie numérique et le renforcement des compétences en matière de sécurité numérique, et la participation aux processus juridiques et législatifs relatifs aux droits numériques.

Durée

Le financement de la subvention sera pour une période n’excédant pas 6 mois.

Critères d’admissibilité

  • Le Fonds est ouvert aux organisations et coalitions qui travaillent pour faire progresser les droits numériques en Afrique. Cela inclut, mais sans s’y limiter, les défenseurs des droits humains, les médias, les militants, les groupes de réflexion, les groupes d’aide juridique et les pôles technologiques. Les entités travaillant sur les droits des femmes ou avec des jeunes, des minorités sexuelles, des réfugiés et des personnes handicapées sont vivement encouragées à postuler.
  • Les initiatives à financer auront de préférence un enregistrement officiel dans un pays africain, mais dans certaines circonstances, les organisations et coalitions qui n’ont pas d’enregistrement officiel peuvent être envisagées. Ces organisations doivent prouver qu’elles sont opérationnelles dans un ou plusieurs pays africains particuliers.
  • Les activités à financer doivent être dans / sur un ou plusieurs pays africains.

Activités non éligibles

  • Le Fonds ne finance aucune activité qui ne fait pas directement progresser les droits numériques.
  • Le Fonds ne soutiendra pas les déplacements pour assister à des conférences ou des ateliers, sauf dans des circonstances exceptionnelles où ces déplacements sont directement liés à une activité éligible.
  • Remboursement des frais déjà engagés.
  • Le Fonds ne fournira pas de bourses.
  • Les bénéficiaires de fonds ne peuvent pas recevoir plus d’une subvention à la fois.

Administration

Le Fonds est administré par la Collaboration sur la politique internationale des TIC pour l’Afrique orientale et australe (CIPESA). Un panel d’experts interne et externe prendra des décisions concernant les bénéficiaires sur la base des critères suivants:

  • Si l’intervention proposée correspond aux priorités du Fonds en matière de droits numériques.
  • La pertinence par rapport au contexte / pays donné.
  • Engagement et expérience du candidat dans la promotion des droits numériques.
  • Impact potentiel de l’intervention sur les politiques ou pratiques en matière de droits numériques.

Round 3: Candidature au Fonds africain pour les droits numériques (OPEN)

Pour plus d’informations:

Visitez la page Web officielle du Fonds africain pour les droits numériques (ADRF) 2020

A lire aussi

Leave a Reply